Spéculer sur le pétrole : Acheter ou vendre en 2016 ?

Le prix du pétrole, ainsi que son avenir en tant qu’énergie fossile, font aujourd’hui objet de nombreuses polémiques au sein de notre société. Si pour les uns le pétrole est un fléau environnemental qui sera bientôt remplacé par une nouvelle « énergie verte », bien d’autres soutiennent la thèse que l’or noir sera encore longtemps à la base toute production d’énergie.
Pendant que les politiques et d’autres activistes s’échauffent sur des plateaux télévisés, soutenant leurs arguments par tous les moyens possibles, certains traders profitent tout simplement des variations importantes des prix du baril pour spéculer là – dessus. Car si le pétrole était à plus de 100$ le baril il y’a à peine plus d’un an, il a connu une chute vertigineuse en 2015, pour être en ce moment autour de 30 – 45$/le baril.

Ainsi, une question clé se pose : faut – il jouer à la hausse ou à la baisse du pétrole en ce moment?

Le pétrole : une valeur boursière qui reste avant tout géopolitique

Afin de répondre à cette fameuse question, il est nécessaire d’aller plus loin que votre graphique de bourse et comprendre la géopolitique actuelle qui est à la base des prix du pétrole.

Voici une chose que vous devez impérativement savoir : si pour certaines valeurs boursières toute l’information est contenue « dans la courbe du graphique », c’est loin d’être le cas pour le pétrole qui est avant tout une valeur géopolitique et géoéconomique, obéissant à la loi de l’offre et de la demande.

En d’autres termes ce ne seront pas les traders qui vont décider « l’avenir du pétrole », mais avant tout les politiques des pays concernés (pays exportateurs) qui, par leurs discours, feront augmenter ou chuter le prix du baril.

La loi de l’offre te de la demande

Et oui! Pour bien comprendre « ce fameux mécanisme » il vous faudra reprendre vos cours du lycée avec cette fameuse loi de l’offre et de la demande qui s’applique parfaitement au pétrole. En d’autres termes :

  • Plus il y’a de pays qui sont prêts à exporter le pétrole au prix actuels, plus le prix du pétrole va baisser. Car l’offre est supérieure à la demande.
  • À l’inverse, si trop peu de pays « sont ok » pour exporter leur pétrole au prix actuel, la demande devient supérieure à l’offre. Et le prix du pétrole commence à augmenter.
  • Simple, pas vrai?

    carte du petrole


    Maintenant posez – vous les questions suivantes :

  • Que s’est – il passé avec le prix du baril lorsqu’il y a eu nouveau conflit au moyen orient?
  • Comment ont réagi « les bourses » lorsqu’Obama a récemment enlevé les sanctions de l’Iran pour l’exportation du pétrole?
  • Enfin, que ce passera – t – il si le président du Venezuela annoncerai la découverte de nouveaux gisements d’or noir dans son pays?
  • Maintenant que vous savez qu’est – ce qui est à l’origine des prix du pétrole, passons à la suite.

    Des enjeux géostratégiques qui ont impact impact important sur l’or noir

    Il est nécessaire de comprendre que les prix d’extraction du pétrole sont différents pour chaque pays en fonction d’une multitude de facteurs : par exemple il est bien plus cher d’extraire le pétrole de Sibérie que du désert d’Arabie Saoudite ou d’Iran.

    Cela fixe une sorte de limite de prix aux pays exportateurs. Alors que la Russie ne peut faire du bénéfice qu’à partir de 40$ le baril, l’Arabie Saoudite aura un bilan positif même à 20$ le baril.

    Extraction de l or noir

    Et c’est là que réside le facteur géostratégique! Car si le pétrole chutait jusqu’à 15 – 20$/le baril, les pays du moyen orient auraient facilement le monopole sur son exportation. Cela ne leur serait pas beaucoup plus profitable en raison de la très petite marge bénéficiaire, sauf que…

    Lorsqu’un pays (ou un groupe de pays) a le monopole total sur le produit qui est presque « à l’origine » du fonctionnement énergétique du monde actuel, sa puissance se multiplie infiniment.

    Oserez – vous aller à l’encontre su pays qui vous exporte « votre essence »? Serez-vous prêt à en subir les conséquences?

    Pour répondre à cette question il suffit tout simplement de se rappeler des chocs pétroliers et leurs conséquences néfastes sur l’économie des U.S.A et celle de l’Europe. Un « simple embargo » sur l’exportation du pétrole a conduit à la paralysie des transports pendant plusieurs jours. Mais les conséquences en ont été encore plus désastreuses : les chocs pétroliers ont mis fin à la prospérité économique (ou les trente glorieuses) qui a duré depuis la fin de la 2nde guerre, plongeant l’Europe et les
    États – Unis dans une nouvelle crise.

    chocs petroliers noir et blanc
    Comme vous pouvez le voir, le pétrole est aujourd’hui bien plus qu’une simple matière première qui « s’achète et se vend ». À cause de son importance énergétique actuelle, le pétrole est devenu avant tout un enjeu géopolitique et géostratégique pour de nombreux pays.

    Spéculer sur le pétrole

    Comme vous avez déjà dû le comprendre, investir dans le pétrole, c’est surtout « miser » sur tel ou tel scénario géopolitique.
    Car si à court – terme (pour le trading intraday) le pétrole « obéit » aux lois d’analyse technique, à long – terme ce sera les discours politiques qui vont déterminer sa direction.

    Voici donc un bon conseil : avant de vous aventurer dans la spéculation sur l’or noir, pensez à regarder l’actualité, surtout celle du Moyen – Orient! Un conseil qui peut « bien payer »!

    Ce sera la situation politique actuelle qui provoquera la volatilité du pétrole et faites bien attention (surtout sur le marché du Forex) que cette forte volatilité ne soit pas votre adversaire.

    Voilà les trois éléments clé que vous devrez suivre en permanence pendant « votre séance de spéculation sur le pétrole » :

  • Les stocks de pétroles Américains. Vous pouvez trouver ces données sur le portail Investing.com. Gardez bien à l’esprit la formule suivante : plus de stocks = moins de demande et vice versea
  • La relation du pétrole avec le $. Plus le dollar baisse, plus le pétrole revient moins cher aux pays importateurs et donc plus cher aux pays exportateurs, ce qui tend à augmenter la demande et diminuer l’offre.
  • Les conflits au sein des pays producteurs, je pense inutile d’aborder de nouveau ce point.
  • En d’autres termes pensez bien à lire l’actualité économique du Figaro et à regarder TF1 à 20h avant de commencer à spéculer.

    Le pétrole en 2016 : à la hausse ou à la baisse?

    Voici la fameuse question clé que se posent de nombreux spéculateurs. Car si le pétrole semble aujourd’hui être au plus bas, ayant touché les minimums de 2008, l’offre continue d’être égale à la demande, voir la surpasser.

    De plus la phrase assez récente prononcée en fin de 2015 par le gouvernement d’Iran, « nous sommes prêts à vendre notre pétrole à n’importe quel prix », ne contribue guère à la hausse du pétrole. Quant aux autres pays du Golf, les prix actuels du pétrole ne peuvent que leur être profitable, renforçant considérablement leur hégémonie.

    Cependant la situation reste antithétique dans le sens où le prix du baril (bien qu’étant encore très bas) semble rebondir des minimums touchés en 2015 pour « prévoir » une hausse éventuelle. De plus l’Arabie Saoudite a finalement finie par passer une sorte d’accord avec la Russie sur les prix d’exportations du pétrole (il faut dire que de tels accords ont déjà été passés entre les deux pays sans toujours être « respectés à la lettre »).

    Quant aux analystes, même si ces derniers sont très antithétiques quant à l’avenir du pétrole en 2016, ils demeurent globalement d’accord sur deux points principaux :

  • Le pétrole a déjà touché ses minimums en 2016 et ne devrait pas tomber en dessous de 26 – 27$ le baril
  • Dans les années qui suivent, le pétrole devrait inévitablement remonter pour stagner autour de 65 – 100$ le baril.
  • En d’autres termes, même si pour 2016 l’avenir du pétrole reste en certain, je vous conseille fortement de l’acheter à la hausse, en perspective des prochaines années. De plus les analystes confirment qu’actuellement la confiance des investisseurs dans le pétrole est en train de revenir, même si il est encore bien trop tôt pour se prononcer définitivement sur l’avenir de l’or noir.

    L’avenir du pétrole face à l’énergie renouvelable

    Alors que, nous traders, spéculons tranquillement sur le pétrole en alourdissant notre portefeuille, certains analystes prévoient des scénarios qui mettraient le pétrole « hors course » en tant qu’énergie fossile.

    Energies vertes

    Voici les deux situations que les compagnies pétrolières craignent le plus actuellement :

    • L’épuisement quasi – total des réserves de pétrole dans quelques dizaines d’années
    • L’invention d’une énergie alternative qui dévaloriserait complétement le pétrole.

    Un épuisement des réserves du pétrole

    Alors que ça parait impossible, c’est un scénario qui reste tout çà fait envisageable, surtout si les prix du pétrole continuent de tomber.

    Cependant il y’a plusieurs « mais » à ce scénario qui est « juste inévitable » selon de nombreux mouvements écologistes :

    • Les études sur les réserves sont toujours très approximatives et jusqu’à présent restent floues
    • Ces études ne prennent en compte que les puits de pétrole actuellement exploités, sans considérer leur capacité à se « régénérer » ou encore les réserves « cachés » qu’ils peuvent contenir.
    • Or selon bien d’autres études on n’a découvert aujourd’hui qu’une partie des puits pétroliers qui existent sur notre planète. En d’autres termes, il nous reste actuellement encore assez de ressources, notamment en pétrole.

    Il ne faut pas oublier que les arguments sur l’épuisement du pétrole cachent souvent derrière eux un discours politique bien rodé avec des buts précis.

    Pour résumer, je dirai que l’épuisement du pétrole dans le 21ème siècle reste avant tout une hypothèse peu probable, convoitée par des médias et activistes intéressés.

    Une énergie alternative qui mettrait l’or noir « hors de course »

    Si la première hypothèse est à peine envisageable, celle – ci l’est tout à fait, provoquant d’ailleurs une inquiétude importante chez une partie des investisseurs et compagnies pétrolières.

    Car de nombreux scientifiques travaillent actuellement dans la recherche d’une énergie ou un carburant alternatif. D’ailleurs la voiture électrique, bien que très peu utilisée aujourd’hui est la parfaite preuve qu’il y’a des alternatives au pétrole.
    Tesla modele S

    Il est bien – sûr inutile de préciser que cette « hypothèse » d’une énergie plus propre et plus pure fait trembler les PDG des compagnies pétrolières, qui verraient « d’un coup de baguette » leur or noir transformé en pierre.

    Cependant « cette énergie miracle » qui devrait changer le monde n’existe aujourd’hui que sur une feuille de projet ou dans un diaporama PowerPoint. Dans la réalité, des milliards de litres d’essence sont consommés tous les jours et pour l’instant cela semble satisfaire la majorité des gens.

    Quant à l’avenir cette nouvelle énergie, il reste pour l’instant très flou et incertain, contrairement à l’immobilier.
    En revanche, on peut aujourd’hui affirmer avec certitude que ce n’est pas un discours sur un carburant plus propre qui fera chuter les prix du baril.

    Conclusion

    Le pétrole est aujourd’hui bien plus qu’une simple matière première, étant à l’origine de nombreux conflits et tensions dans le monde. Les gisements de pétroles sont synonymes de puissance et de richesse, permettant à certains pays d’affirmer considérablement leur puissance.

    Alors que certains semblent vouloir à tout prix condamner l’or noir, bien d’autres profitent de nombreux conflits mondiaux pour spéculer tranquillement en face de leur courbe de trading. Si vous voulez en faire partie, voici ce que vous devez impérativement retenir de cet article :

  • Le pétrole est une valeur géopolitique avant d’être une matière première. Son prix dépend de l’offre et de la demande qui est à son tour générée par la situation géopolitique actuelle.
  • Il y’a trois facteurs principaux qui influent l’offre et le demande : les stocks de pétroles aux U.S.A, le cours du $ et enfin les conflits des pays producteurs
  • Actuellement, il est difficile de se prononcer quant à l’avenir de l’or noir, cependant une grande partie des analystes convergent sur le fait que le pétrole devrait prendre une direction haussière dans les années à venir.

  • About the Author

    Ancien banquier à la Société Générale, je suis depuis 6 mois maintenant trader d'options binaires à temps plein. Pour en savoir plus sur mon parcours je vous invite à consulter ma page a propos



    Comments are closed.

    Back to Top ↑