Faut-il acheter ou vendre l’action Société Générale en 2015

Il est toujours difficile d’évaluer la situation et de prendre position sur une valeur bancaire. De part leurs activités, les groupes financiers prennent des risques considérables. Si ceux-ci rapportent en général des profits juteux aux actionnaires, les pertes peuvent rapidement se chiffrer en milliards d’Euros à la moindre défaillance. Les actionnaires de la Société Générale sont bien placés pour le savoir, eux qui ont souffert coup sur coup les pertes abyssales du trader Jérôme Kerviel et la crise des subprimes, ces crédits hypothécaires américains dans lesquels la « SocGen » baignait fortement. La faillite de Lehman Brothers a changé un paradigme pour les titres du domaine de la finance, en rappelant aux marchés qu’une banque, aussi prestigieuse et ancienne qu’elle soit, pouvait faire faillite et ne plus rien valoir du jour au lendemain.

Société Générale : un groupe centenaire mais moderne

À propos d’institutions historiques, la Société Générale est un groupe qui vient de fêter ses 150 ans d’histoire. Son siège est situé à la Défense, près de Paris. Elle comporte trois pôles principaux : la banque de détail en France, les services bancaires internationaux (surtout localisés en Afrique et en Russie) et la banque de financement et d’investissement. Cette dernière présente sur toutes les places financières majeures, que ce soit Londres, New York, Hong Kong ou Tokyo. Malgré son âge, la banque offre donc un visage jeune et un dynamisme toujours renouvelé.

La SocGen devrait continuer à bénéficier des très bonnes performances de sa division banque d’investissement qui rapporte actuellement plus d’un milliard d’Euros de bénéfices par trimestre, ce qui n’était plus arrivé depuis 2006. Attention toutefois aux nuages qui pointent à l’horizon, une décision des autorités américaines se fait attendre au sujet du non-respect des sanctions contre l’Iran, un dossier qui avait coûté, on s’en souvient, plus de 8 milliards d’Euros à son rival de toujours, BNP Paribas.
Cours de bourse socgen

Les problématiques avec les régulateurs et les gouvernements continueront à la fois à engendrer des coûts, à limiter le développement d’activités (interdiction du trading pour compte propre par exemple) et à faire peser le risque d’une amende colossale. De son côté, la contre-performance de Rostbank, la filiale russe, semble désormais sous contrôle grâce à l’apaisement en Ukraine, après avoir coûté plusieurs centaines de millions d’Euros de provisions comptables au cours des trimestres précédents.

Une situation favorable avec quelques réserves

Le panorama d’ensemble nous apparaît donc comme porteur pour la SocGen. Certes, il est difficile d’imaginer dans l’immédiat l’action Société Générale franchir à nouveau les 100 € comme ce fut le cas en 2006. Les investisseurs à long terme peuvent se consoler en constatant que la situation a pu être bien pire, puisqu’en 2010 la banque de la Défense a brièvement côté sous les 10 € au plus fort de la première crise grecque.

L’analyse technique nous signale la présence de fortes résistances aux environs des 50 € tandis que les 35 € apparaissent comme un cours plancher. Mais plus que la performance intrinsèque de la banque et de ses activités, c’est la forme de l’économie mondiale et les décisions des banques centrales qui devraient continuer à rythmer le tempo du titre Société Générale. L’assouplissement quantitatif est à surveiller de près, il est positif à court terme car il soulage les problèmes de liquidités qui ont pénalisé l’institution par le passé. En revanche, à plus long terme, cette politique de la Banque Centrale Européenne compressera les marges du groupe et réduira son activité en inondant le marché.

Dans le contexte actuel de volatilité élevée, la technique la plus opportune nous semble de prendre position sur les exagérations des marchés, en se fixant des stop-loss assez proches des niveaux d’entrée. En effet, comme le reste des valeurs bancaires, le titre Société Générale comporte un Béta assez élevé, c’est-à-dire qu’il amplifie les variations à la hausse et à la baisse de l’ensemble du marché (ici le CAC 40). Il s’agit donc d’un titre intéressant à la fois pour les swing traders et pour les gestionnaires plus conventionnels qui pourront profiter de son rendement et de son potentiel au sein d’un portefeuille diversifié.


About the Author

Ancien banquier à la Société Générale, je suis depuis 6 mois maintenant trader d'options binaires à temps plein. Pour en savoir plus sur mon parcours je vous invite à consulter ma page a propos



Comments are closed.

Back to Top ↑